Chanson Bestiale

Chanson bestiale
3 min 17 s

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

R. Des fourmis dans les pieds,
Oui je les sens grimper,
Un gros chat dans la gorge
Qui me griffe et m’égorge,
Une araignée dans le plafond
Dans ma cervelle en chiffon.
Le monde est-il un zoo ?
Suis-je donc une bêêête ?
Je veux être un oiseau
Pour chanter à tue-tête.

J’étais un grand timide,
Toujours muet comme une carpe,
Un beau naïf, un gros mollusque,
On peut dire un drôle de zèbre,
Je tombais sur de beaux requins,
Toujours des hommes au regard d’aigle,
Avec moi ils étaient très vaches
Et j’étais toujours le pigeon.
Trop timide dans l’quartier des grues,
Je n’avais pas une souris,
Toujours le dindon de la farce
Avec mes yeux de chien battu.
Je me comportais en mouton,
Je n’avais qu’une vie de chien.

R. Des fourmis dans les pieds,
Oui je les sens grimper,
Un gros chat dans la gorge
Qui me griffe et m’égorge,
Une araignée dans le plafond
Dans ma cervelle en chiffon.
Le monde est-il un zoo ?
Suis-je donc une bêêête ?
Je veux être un oiseau
Pour chanter à tue-tête.

Un jour en lisant un canard
J’ai découvert la vérité,
J’ai compris que dans cette jungle
La place est réservée aux fauves.
Avec ma mémoire d’éléphant
Je n’oublie pas mes ennemis.
Je déchiquète à belles dents
Ces serpents, ces hyènes puantes.
Maintenant je nage en eau trouble,
Je suis un poisson des grands fonds.
Dans la ville je tisse ma toile,
Je suis voleur comme une pie.
Pour me protéger des dangers,
J’ai engagé quatre gorilles.

Les commentaires sont fermés.