Chansons-Trampoline

1 min 36 s

Au bord du gouffre.
C’est là qu’elles se nichent,
Au Pays des grandes friches.
Pas de couleurs vives, leur cœur pâlit si vite.
Elles avaient pris la fuite !
Elles ignorent l’air du temps.
Jamais de rentre-dedans.
Ni arrogance, ni côté m’as-tu-vu.
Jamais en transe, jamais en tutu.
Elles ne se montrent que rarement en concert
Mais s’abandonnent et se donnent des airs.
Sous leurs guenilles sans habits de clip,
Pas des mauvaises filles, pas des chansons cheap !
Loin du Carême, pas des saintes-nitouches
Veulent qu’on les aime et qu’on les touche.
Oubliées sur le chemin,
Jeux de mains, jeux de vilains … vilains musiciens !
Si vous ne leur confiez pas vos secrets,
Elles vont s’évanouir à jamais.
Que tournent, tournent les aiguilles,
Les chansons filent comme des anguilles.
Elles vont remonter des grands fonds
Pour nous offrir un grand rebond.
Joyeuses ou tristes, elles sont malignes,
Ce sont des chansons-trampoline !
Elles voudraient vous attendrir,
Vous faire sourire, rebondir !
Tant de choses à confier.
Elles voudraient vous parler ! vous parler !
Apprivoisez-les !

Les commentaires sont fermés.