Instrus de Muse … Hic !

2 min 29 s

Le kazou est un cas
D’aucuns disent qu’il cacophonise
Ces cafards-là n’y connaissent que couic
Casez ce coquin dans votre sac
… au cas où !

La clarinette c’est la pip’lette
Une foule de notes qu’elle nous répète
Collet monté, joue les pète sec
Du genre qu’est tombée sur un bec
Bien trop classique, trop aristo
Elle ne veut pas jouer au cerceau
Toujours rêvé d’être un garçon
Le port bien droit, nœud papillon
Le corps tout froid, joue les coincées
Qui viendrait de perdre sa coiffe
Mais quand elle veut, elle nous décoiffe
Elle fait son cirque, on est fichu
Elle nous cueille au bord de l’aigu
Pour nos chagrins, cœurs dans la vase
Elle nous grignote un air de jazz !

Le concertina
C’est un séducteur infâme
Son nom ? Tout un programme !
Il nous promet de la musique et un prénom de femme
Prêt à nous détourner de la musique classique
Il nous fait ses mimiques
Se gonfle et se dégonfle
Dans son costume à boutons
Aux couleurs de chansons
Pour nous couper le souffle
Il pleure et puis s’essouffle
Il veut prendre son temps
On lui parle des parents
Bando de Buenos Aires
Celui qui s’donne des airs
Tonton l’accordéon
Le fondu des flonflons
Une sacrée concurrence
Ça lui met l’ cœur en transes
Ça l’rend fou, il s’accroche
Il joue en doubles croches
On l’met toujours en boîte
Que la gloire est étroite !
Accordéon par ci, accordéon par là
La valse et ses chichis, il n’est pas fait pour ça
Ça le rend trop ronchon
Pal l’goût des cotillons
Ses sanglots se déroulent
Et il tangue et nous roule
Ne compte plus les marins
Qui du soir au matin
Viennent chanter sur ses notes
La vie a ses croquenotes !

Le tambour
Bien trop de haines, bien trop de guerres !
Tu as joué plus qu’à ton tour,
Tous ces soldats loin sous la terre,
Pourquoi leur as-tu fait la cour ?

Change de ton, joue plus discret
Et nos cœurs reprendront courage !
Pulsation de tous nos secrets,
Ta carrière serait bien plus sage.

Bats donc tout doux, oublie la gloire
Et prends le temps de nos détours,
Foule le sol de nos histoires,
Roul’ roul’ et roule mon tambour !

Les commentaires sont fermés.